ASSOCIATION SAINT-MICHELLOISE DU SOUVENIR DE MAI 1940

20 mai 2020

COMBATS DES 16,17 ET 18 MAI 1940 A SAINT-MICHEL : LE 21 JUIN 1941 OBSEQUES DE 21 SOLDATS FRANCAIS

Suite aux combats des 16,17 et 18 mai 1940, 23 soldats français seront enterrés sommairement, sur place sur les lieux des combats, le 24éme décédé des suites de ses blessures à l’Hôpital d’Hirson sera enterré dans le cimetière d’Hirson.

Il faudra attendre le mois de juin 1941, soit plus d’un an après les combats, pour que des formalités soient entreprises par la municipalité de St-Michel pour donner une sépulture au cimetière, aux 21 militaires tués sur le territoire communal. Elles aboutissent avec l’accord des autorités allemandes.

File0045

L’exhumation des 21 corps, par des volontaires civils, eu lieu le jeudi 19, le vendredi 20 et le samedi 21 juin 1941.Les corps, placés dans des cercueils en chêne furent transportés au fur et à mesure dans les cloîtres de l’Orphelinat dans l’enceinte de l’Abbaye de St-Michel.

Le dimanche 21 juin 1941 eu lieu la levée des corps, leur transport dans l’Eglise Abbatiale de St-Michel, effectué par les anciens combattants, où une messe solennelle fut célébrée par l’abbé MILLOT curé de la paroisse, en présence des personnalités de St-Michel et de la population venue leur rendre hommage Les cercueils recouverts du drapeau tricolore, restèrent dans l'Église toute la journée du dimanche.

Le lundi 22 juin 1941, à 7 h, les cercueils portés par des vétérans de 14-18 et des combattants de 1940 ayant échappé à la captivité, seront transportés et inhumés dans le carré militaire du cimetière communal.

 

Cimetière la Désolation

Sur les 21 militaires enterrés à St-Michel, 14 seront restitués à leur famille le 8 juillet 1948, 1 autre le 16 mai 1950, les 6 derniers seront inhumés au cimetière de La Désolation de FLAVIGNY LE GRAND prés de GUISE.

Concernant les 3 autres militaires, celui enterré au cimetière d’Hirson fut restitué à sa famille le 6 juillet 1948, le second tué au Pas-Bayard avait été enterré sur place dans un jardin, il y restera jusqu’au 27 juillet 1948 date de sa restitution à sa famille. Le 3éme tué en limite de Watigny/St-Michel sera restitué à sa famille le 28 juillet 1948.

Récits tirés des mémoires de Mr DUTRY Roger († 2013) vice-président de l'Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940 

 

 

 

Posté par mai40 à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 mai 2020

80éme ANNIVERSAIRE DES COMBATS DE MAI 1940 A SAINT-MICHEL-EN-THIERACHE: BILAN DES COMBATS

Au cours des combats qui se déroulèrent sur le territoire de la commune de Saint-Michel-en-Thiérache, en forêt domaniale et alentours les 16, 17 et 18 mai 1940, les pertes françaises s’élèvent à 24 tués et de nombreux blessés.

Liste des soldats français tués avec dates et lieux où ils sont tombés :

Le vendredi 17 mai 1940 =

Carrefour de l’Etoile :  au total 13 tués.

Sous-lieutenant LIBERGE Bernard .                      Soldat AUGEARD Charles

Sergent-Chef COULOMBEAU René                      Soldat BRAZILLE Roger

Sergent GUEHENEC Mathurin                               Soldat GALLE Fernand

Sergent SALAMA Jacques                                     Soldat LAURENT Armand

Caporal TERRIEN Jean Baptiste                            Soldat LEMOINE Francis

Soldat de 1ére Classe CHEBARDY Marc              Soldat MANCEAU Henri

                                                Soldat MARCEAU Jean

En forêt de St Michel au lieu-dit  « Heurlemont Jacques »

Sous-lieutenant GALLET DE ST AURIN

Rue de Cocréaumont à St Michel :

Sergent BILLIARD Alexandre                                 Brigadier-Chef MARC Yves

Rue des Rochettes à St Michel :

Sergent DUDON Bernard                                      Se­rgent RIFFAUD Léon

Carrefour angle rue du Moulin et rue Thiers à St Michel :

Soldat JAGUT Alexis                                             Soldat MALARDE Louis

Pont Rochefort à St Michel :

Soldat DUFAUT Jean Marie

Maison Forestière « La Gendarmerie » sortie de St Michel direction Watigny :

Soldat GERARD Auguste

Au Pas Bayard :

Sergent-Chef BOUCARD Edmond

Le   samedi 18 MAI 1940

Limite St Michel Watigny au lieu-dit La Forge Sailly :

Soldat CORBINEAU Roger

 

File0217_modifié-1

Les soldats français furent sommairement enterrés sur place. En juin 1941,à la demande de la municipalité de St-Michel et après accord des autorités allemandes, les 21 corps des soldats enterrés sur le territoire de la commune seront exhumés et mises en bière. Le 22 juin 1941 les cercueils recouverts du drapeau tricolore après l’office religieux seront inhumés dans le Carré Militaire du cimetière communal.

 

Récits tirés des mémoires de Mr DUTRY Roger († 2013) vice-président de l'Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940 

 

Posté par mai40 à 23:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2020

80éme ANNIVERSAIRE DES COMBATS DE MAI 1940 A SAINT-MICHEL-EN-THIERACHE: JOURNEE DU 18 MAI

Le samedi 18 Mai 1940 dès 7h 30 attaque simultanée des lignes principales de résistance et ligne d’arrêt.

Le 24éme soldat français est tué à la limite de St-Michel et Watigny.

L’ennemi arrive de tous les côtés, du nord, du sud, de l’est et de l’ouest.

Forte résistance française protégée par quatre chars, mais vers 11 h les troupes françaises assaillis par l’ennemi doivent déposer les armes et se rendre.

A 11h30 toute résistance a cessé. Elle a eu pour résultat de permettre le 17 mai le repli dans la région de Trélon de la 1ére division Nord-Africaine.

RA9C1309

Dans son rapport relatant les évènements qui se sont déroulés pendant la période du 1er mars au 18 mai 1940, le général BEZIERS LA FOSSE relate sa reddition  :

 « J’avais décidé de résister le dernier et vers 11 heures nous dûmes alors cesser la résistance que nous avions opposée à l’ennemi, opiniâtre et sans esprit de recul.

J’aurai pu envisager deux solutions : ou bien faire sauter notre abri avec nous, mais je ne disposais d’aucun explosif ; ou bien faire une glorieuse sortie à la baïonnette contre les soldats allemands qui nous entouraient couchés derrière les arbres de la forêt et les talus de la route :je ne me suis pas cru avoir le droit de faire tuer avec certitude la plupart des 20 à 30 hommes qui m’entouraient encore.

Le magnifique courage, dont eux et les autres : officiers, gradés et soldats de la 22éme D.I ont fait preuve pendant cette dure période du 10 au 18 mai et spécialement pendant ces dernières heures de résistance dans la forêt domaniale de ST-MICHEL, il ne m’a pas surpris de la part des Bretons et Vendéens que j’avais l’honneur de commander. Il fut le même que celui dont firent preuves pendant la 1ére guerre mondiale leurs anciens à la tête desquels je me trouvais également. »

Fin de citation.

Le bilan humain de ces combats durant ces 3 jours de mai 1940 s’élève pour les troupes françaises à 24 tués et de nombreux blessés.

Récits tirés des mémoires de Mr DUTRY Roger († 2013) vice-président de l'Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940 

  

Posté par mai40 à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

80éme ANNIVERSAIRE DES COMBATS DE MAI 1940 A SAINT-MICHEL-EN-THIERACHE: JOURNEE DU 17 MAI

Le vendredi 17 mai 1940 est la journée la plus tragique. Les troupes françaises sont prises en étau et contournées par les allemands venant de Belgique et des Ardennes.

A 7h Des éléments à motos sont signalés aux abords de St-Michel venant de Watigny. L’ennemi attaque des positions du 32éme bataillon de chars de combat.

R35 en mai 40 place Rochefort

A 8h 3 chars R35 sont engagés avec succès contre un ennemi qui progresse rue de Cocréaumont mais à 9H le PC du 32éme BCC rue des Rochettes est encerclé et doit se rendre.Le lieutenant Gibrat qui revient du PC de la 22éme D.I est capturé par surprise avec son char. Bilan des pertes 2 chefs de chars,1 chef de patrouille,1 mécanicien et 2 observateurs.

A 9h 30 le 24éme groupe de reconnaissance divisionnaire replié rue de Cocréaumont depuis 4h du matin du PC du 32 BCC  est attaqué carrefour de la rue du Moulin et de la rue de Cocréaumont. Perte 1 chef de groupe.

Les rescapés de ce groupe GRDI regagnent le PC en forêt au carrefour de l’Etoile et prennent position route de la Prise Milot.

Le secteur reste calme jusque 18h où une première attaque menée par le 99éme chasseurs de montagne bavarois est repoussée. Entre 20h et 21h de nombreuses patrouilles sont signalées.

A 21h Tirs d’artillerie ennemies sur le PC.

Nuit plus tranquille sur le terrain avec des tirs de toutes armes espacés tous les 1/4 h puis toutes les 1/2h pour tromper l’ennemi.

La journée du 17 mai enregistre la plupart des décès survenus lors des 3 jours de combats. En effet dans la périphérie du carrefour de l’Etoile, 12 soldats français sont tués, un treizième grièvement blessé décédera à l’Hôpital d’Hirson le 20 mai, 9 autres seront tués dans St Michel et 1 au Pas Bayard, à quelques centaines de mètres d’ici.

Récits tirés des mémoires de Mr DUTRY Roger († 2013) vice-président de l'Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940 

 

Posté par mai40 à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mai 2020

CEREMONIE INTIMISTE EN L'HONNEUR DES 24 SOLDATS TUES A SAINT-MICHEL EN MAI 1940

 

20200516_110226

L'’Association Saint-Michelloise du Souvenir de Mai 1940 avait programmé sa cérémonie annuelle au monument de l’Etoile en forêt de Saint-Michel, qui devait revêtir un caractère exceptionnel pour le 80éme anniversaire des combats de mai 1940,ce samedi 16 mai. Malheureusement la crise sanitaire liée au coronavirus covid-19 en a décidé autrement et nous avons du tout annuler.

Ces 24 soldats français , morts pour la patrie en mai 1940 , oubliés de tous pendant presque 60 ans, étaient honorés annuellement par notre association depuis 1999. Il était difficilement envisageable, qu’en ce 80éme anniversaire leur sacrifice ne reçoive aucun hommage.

Notre demande d’effectuer un dépôt de gerbe en comité restreint à 4 membres du bureau accompagnés de notre porte-drapeaux, formulée à Madame Hélène LUISIN, directrice départementale de l’ONAC-VO,et transmise à la préfecture de l’Aisne fut acceptée.

Ce samedi 16 mai 2020 à 11h , cinq membres de l’association se sont donc rendus devant le monument du carrefour de l’Etoile situé sur la RD 3050 sur le route Charlemagne reliant la Belgique, dans le respect des consignes sanitaires sans public. Le président Jean-Pierre DUTRY était accompagné de notre drapeau porté par Jean-Pierre MAINON, en tenu d’époque, de Michel DUVAL, Patrick CAILLET et Jean-Claude BOULET.

Sous un soleil radieux, sans public et dans le silence de la forêt simplement troublé par le chant des oiseaux, le président fit l’appel des morts suivi du dépôt des gerbes de l’association et celle de Mademoiselle Geneviève COULOMBEAU, fille du sergent-chef René COULOMBEAU, tué ici le 17 mai 1940. Le clairon de Michel DUVAL résonna pour les sonneries réglementaires, la marseillaise entonnait par les 5 participants clôturant cet hommage très émouvant.

Nous remercions Monsieur le Préfet de l'Aisne et l'intervention de Madame LUISIN qui ont permis, à l'’Association Saint-Michelloise du Souvenir de Mai 1940, le respect de son devoir de mémoire .

  

Posté par mai40 à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


80éme ANNIVERSAIRE DES COMBATS DE MAI 1940 A SAINT-MICHEL-EN-THIERACHE : JOURNEE DU 16 MAI

 

20160914_145713

Le jeudi 16 mai 1940, le PC de la 22éme division d’infanterie, qui était installé à l’Abbaye de St-Michel, est transféré dans les blockhaus, ici au carrefour de l’Etoile.

En début de nuit vers 3h30, 28 chars du 32éme Bataillon de Chars de Combat, arrivent de Belgique et sont mis à l’abri dans St-Michel au quartier de Cocréaumont au poste de commandement 4 rue des Rochettes .

Vers 4 h deux groupes du 18éme régiment d’artillerie prennent position aux quartiers de Cocréaumont et de Chamiteau. Après un tir de 30 coups de canon  de 75 sur Macquenoise (Belgique) vers 14h ils se replient vers Mondrepuis par le Pas Bayard.

A 10h le 24éme Groupe de Reconnaissance Divisionnaire de la 22éme division d’infanterie avec son peloton à cheval prennent position à St-Michel place Rochefort, ainsi que rue de la Gare et rue de la République.

images (1)

En début d’après-midi, les 28 chars du 32éme B.C.C stationnés dans St Michel sont répartis dans plusieurs points de défense soit 6 au Grand Catelet à Mondrepuis, 3 dans Mondrepuis, 6 en forêt de St Michel. Les 13 chars restant dont 6 sont en pannes restent dans St-Michel.

Ce 16 mai 1940 vers 22 heures, les premiers accrochages avec l’ennemi ont lieu à la Reine des Bois à l’entrée de St-Michel, les chars R35 en défense repoussant une reconnaissance ennemie venant de Watigny en détruisant 4 véhicules blindés.

Récits tirés des mémoires de Mr DUTRY Roger († 2013) vice-président de l'Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940 

Posté par mai40 à 11:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

UN HOMMAGE AUX COMBATS DE SAINT-MICHEL CE DIMANCHE DANS LE JOURNAL L'UNION/L'ARDENNAIS

 

union

Comme annoncé dans notre blog le 12 mai dernier , le reportage consacré aux combats de mai 1940 à Saint-Michel-en-Thiérache vient de paraître dans le cahier spécial  diffusé ce dimanche 17 mai 2020 dans toutes les éditions du journal L'UNION/L'ARDENNAIS. Sous la plume de Thierry de LESTANG PARADE , cet excellent article rend hommage aux  24 jeunes militaires morts pour la France dans notre pays de Thiérache ainsi qu'aux associations qui oeuvrent  pour sauvegarder leur souvenir. Merci Monsieur de LESTANG PARADE de participer à notre devoir d'histoire et de mémoire, ADN de nos associations. Fervents d'histoire nous vous invitons à vous procurer cet article.

Posté par mai40 à 09:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'ATTAQUE DU 10 MAI 1940

Le 10 mai 1940 le groupe d’armée nazies B commandés par le Général Von Bock envahit les Pays Bas qui capitulent dès le 15 mai.

Le 11 mai le fort d’Eben Emaël en Belgique tombe aux mains des parachutistes allemands et tout le dispositif belge s’effondre. Les 1éres et 7éme armées française et le corps expéditionnaire britannique, se lancent au secours des belges et se heurtent aux forces allemandes sur la Dyle, entre Anvers et Louvain.

 Le 12 mai 1940 l’attaque principale a lieu dans les Ardennes, à la jonction des 2émes et 9éme armées des généraux Huntziger et Corap. Le maréchal Von Rundsfeld y engage les 3 corps blindés du général Von Kleist soutenus par la moitié des moyens aériens de la Luftwaffe.

Les 13 et 14 mai après avoir enfoncé les défenses françaises, l’infanterie traverse la Meuse à la sortie des Ardennes.

Le 15 mai au soir, de Dinan à Sedan , le front est enfoncé sur une largeur de 100km.Les divisions blindées allemandes foncent vers l’Ouest et la mer de façon à encercler les armées franco-anglaises aventurées en Belgique.

Après seulement 5 jours de combat, alors qu’elle est pratiquement intacte, l’armée française est potentiellement vaincue par un chef d’œuvre tactique.

Récits tirés des mémoires de Mr DUTRY Roger († 2013) vice-président de l'Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940 

Posté par mai40 à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2020

80éme ANNIVERSAIRE DES COMBATS DE MAI 1940 A SAINT-MICHEL-EN-THIERACHE- DU 10 AU 15 MAI 1940

téléchargement

Le 10 mai 1940 le groupe d’armée nazies B commandés par le Général Von Bock envahit les Pays Bas qui capitulent dès le 15 mai.

Le 11 mai le fort d’Eben Emaël en Belgique tombe aux mains des parachutistes allemands et tout le dispositif belge s’effondre. Les 1éres et 7éme armées française et le corps expéditionnaire britannique, se lancent au secours des belges et se heurtent aux forces allemandes sur la Dyle, entre Anvers et Louvain.

Le 12 mai 1940 l’attaque principale a lieu dans les Ardennes, à la jonction des 2émes et 9éme armées des généraux Huntziger et Corap. Le maréchal Von Rundsfeld y engage les 3 corps blindés du général Von Kleist soutenus par la moitié des moyens aériens de la Luftwaffe.

Les 13 et 14 mai après avoir enfoncé les défenses françaises, l’infanterie traverse la Meuse à la sortie des Ardennes.

Le mercredi 15 mai 1940,le Général BEZIER LA FOSSE reçoit l’ordre, de son État-Major, d’organiser la résistance en forêt de ST MICHEL, l’offensive allemande du 10 mai obligeant les troupes françaises et alliées à se replier de Belgique.

Le 15 mai au soir, de Dinan à Sedan , le front est enfoncé sur une largeur de 100km.Les divisions blindées allemandes foncent vers l'ouest et la mer de façon à encercler les armées franco-anglaises aventurées en Belgique.

Après seulement 5 jours de combat, alors qu’elle est pratiquement intacte, l’armée française est potentiellement vaincue par un chef d’œuvre tactique.

Récits tirés des mémoires de Mr DUTRY Roger († 2013) vice-président de l'Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940 

Posté par mai40 à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

SAINT-MICHEL-EN-THIERACHE DANS LA DROLE DE GUERRE 1939/1940

La mission de l’Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940 est de garder la mémoire de ceux qui ont honoré la France de façon exemplaire en versant leur sang sur notre terre de Thiérache.

images

Le 80éme anniversaire des combats de mai 1940 nous permet de relater les événements militaires survenus à Saint-Michel-en-Thiérache les 16,17 et 18 mai 1940 avec en avant-propos la période dite de « la drôle de guerre » qui s’étend du 3 septembre 1939 au 10 mai 1940 et doit son nom à l’inaction des armées alliées aprés la défaite de la Pologne.

Après l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne le 12 mars 1938, St-Michel est  devenu un lieu de rencontre de militaires de tous grades , principalement en forêt où se dressent au cours de l’été 1938 des campements d’unités d’active. Suite à la crise des Sudètes, l’armée française est partiellement mobilisée du 13 septembre au 6 octobre 1938 et des réservistes de la 4éme Division d’Infanterie avec le 124éme Régiment d’Infanterie sont cantonnés au quartier de Cocréaumont.

Les accords de Munich du 30 septembre 1938  remettent un peu d’ordre. Au début de l’année 1939 après l’annexion de la Tchécoslovaquie, St-Michel devient une ville de garnison et ce jusqu’au 15 mai 1940. En mars et jusqu’au 22 août 1939 des détachements de diverses unités stationnent en ville. Le 3 septembre 1939 la France déclare la guerre à l'Allemagne . La 9éme armée (dissoute le 20 août 1918) est recrée  le 15 octobre 1939 (QG à Vervins) pour défendre le front de Trélon à Pont-à-Bar (Donchery) avec l’arrivée à St-Michel de nouvelles unités qui se succèdent et participent à des manœuvres en forêt et des séances de tirs à la carrière de la Micorda et ce jusqu'au 10 mai 1940. Les travaux de construction des blockhaus  se poursuivent en forêt.

Le 11avril 1940 le général Martin commandant le 2éme corps d’armée dont le PC est à Etréaupont assiste à des manoeuvres du 66éme R.I.

Le 5 mai  1940 ,des troupes défilent sur la place de St-Michel en présence du général DUFFET commandant la 18éme D.I.  

Le 10 mai alors qu’il participe à des séances de tirs à la Micorda, le 125éme R.I est rappelé en urgence à SIGNY-LE-PETIT (Ardennes). L’offensive allemande contre les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France venait d’être déclenchée à l’aube , mettant fin à la drôle de guerre et laissant place à la bataille de France et aux combats des 16,17 et 18 mai 1940 à St-Michel et alentours avec le sacrifice de 24 jeunes militaires français .  (à suivre)

Récits tirés des mémoires de Mr DUTRY Roger (2013) vice-président de l'Association Saint-Michelloise du Souvenir de mai 1940  

Posté par mai40 à 02:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]